Morale

In cauda venenum

Résultat de recherche d'images pour "scorpion dessin"

En fermant un oeil et en tournant la tête, on voit la rose du PS. Coïncidence ? Je ne pense pas.

Je suis un peu sidéré par le ressentiment qui s’exprime en cette fin de campagne. Mais entre tous les poignards qui sortent des ombres, il y a d’abord et entre toute la salve in extremis du PS et officielle contre JLM (à trois heures de la clôture de la campagne). Ce n’est pas grave, vous me direz, mais cela est particulièrement indicatif, je crois, de ce qu’est ce parti profondément dangereux. Je vais donc répondre à ce communiqué paragraphe par paragraphe. Au départ, je voulais répondre aussi à des posts facebook qui puent le ressentiment et qui traitent les insoumis de bobos dangereux blabla – alors que le type qui dit ça vote Hamon qui est le seul dont on peut dire avec certitude qu’il n’aura pas de majorité donc les mains pures certes, mais pas de mains – mais bref, tant pis. Si ça me démange, je referai un post. Alors allons-y pour le purgatif (je ne vais pas dire « la purge » puisque tout ce que vous direz sera retenu contre vous).

(suite…)

Publicités

Cela nous concerne

anders-hiroshima-est-partout

Un autre argument pour la démocratie…

Je lisais tout à l’heure les « commandements de l’âge atomique » qui se trouvent dans le livre de Günther Anders Hiroshima est partout, et j’ai été frappé par la force de certaines remarques et analyses. J’aimerais développer ici un autre argument sur la nécessité d’élargir l’extension de la démocratie.

(suite…)

Bon. Qui est raciste, alors ?

tintin

Tintin aux pays de la Haute Bourgeoisie, album apocryphe

Mais quand même… le peuple il serait pas un peu raciste ? Et puis d’ailleurs… il est bête non ? Est-il vraiment compétent pour voter ?
Toutes ces questions ne peuvent être posées avant d’en avoir résolues quelques unes auparavant, et c’est ce que je vais tâcher de faire.

(suite…)

A mes amis facebook : les trumpettes de l’apocalypse !

oeil-de-sauron

Je pense être de gauche (on peut jamais être sûr, les sens sont trompeurs après tout) et du coup mes amis et en particulier mes amis facebook sont souvent de gauche. Normal, on s’entend avec les gens par affinité et aussi par affinité politique. Et là, horreur et stupéfaction : la bête immonde a remporté une bataille homérique aux États-Unis d’Amérique, berceau de la démocratie libérale, pointe avancée du monde libre. C’était  à qui allait se fendre du commentaire le plus sidéré, bouleversé, stupéfié. La victoire de Trump n’étant pas possible, il a fallu expliquer mais expliquer d’une manière bien particulière…

(suite…)

Il n’y a pas d’agression sexuelle

Cela arrive parfois, un commentaire facebook est effacé par l’inquisition. Du coup je réagis à un statut vu sur le fil d’un ami et qui ne laisse pas de m’étonner.

Egalitariste

L’article pointé par le statut facebook.

Je précise d’ailleurs que j’avais déjà vu passer cet article et que j’avais déjà réagi. Du coup je vais simplement développer un peu.

Premièrement, je trouve particulièrement obscène le fait de dire que seulement moins de 40% des agressions n’avait pas de caractère sexuel, ça laisse quand même au bas mot 35% des agressions qui SONT sexuelles (surtout quand ensuite on utilise les 1656 plaintes de Pampelune pour montrer que c’est très violent mais qu’il n’y a « que » 4 plaintes pour agression sexuelle). Donc d’un côté on trouve scandaleux qu’il y ait des viols (normal), que les femmes qui disent être violées soient souvent décrédibilisées ou voient leur parole mise en doute ; mais par contre quand il y a plusieurs centaines d’agression sexuelle la même nuit, c’est pas si terrible parce qu’en fait il y en a moins que des vols.

Exemple d’article reblogué par egalitarism

Deuxièmement, on refuse la hiérarchisation des problèmes, et donc on utilise de l’argument de la relativisation : « oui mais regardez, ça se fait ailleurs ». J’en suis d’accord, l’argument remet en général les choses dans leur contexte et fait du bien à tout le monde. Sauf que les exemples sont très mal choisis : à Bayonne la fête dure 4 jours, et on ne sait pas combien il y a d’agressions sexuelles (il y en a, certes) ; à Munich la fête dure 15 jours et on a enregistré 2 plaintes (contre plusieurs centaines à Cologne) ! À Pampelune, la disproportion est là encore patente : 4 agressions sexuelles sur 1656 plaintes soit 0,2% des plaintes (!) contre entre 30 et 40% à Cologne (en cherchant sur différents sites on trouve des chiffres un peu différents). Avec de telles relativisation, on a beau jeu de dénoncer la culture patriarcale universelle qui gangrène notre société. C’est à se demander si la lutte féministe depuis plus d’un siècle a servi à quelque chose puisqu’on en est toujours au même point. On pourrait ajouter qu’à Cologne, les agressions semblent avoir été le résultat d’une intentionnalité collective contrairement à Munich où les faits sont isolés (quoique relevant d’une même logique).

Troisièmement, point le plus discutable, j’en conviens : ce que révèle ce genre d’article c’est l’inconfort des positions essayant de ménager la chèvre et le choux. Celui qui fait l’article veut défendre les migrants, ce qui est tout à fait louable mais ce faisant, alors qu’il combat l’extrême droite (bête immonde qui, telle l’hydre… etc) signale que les agresseurs n’étaient pas des Syriens mais des Marocains et des Algériens installés en Allemagne. J’appelle ça lancer l’idée que même installés, les migrants restent dangereux. L’auteur de l’article, sans doute animé des meilleures intentions du monde, semble mettre entre parenthèse la lutte féministe au profit de la lutte pour les néo-colonisés. C’est ça l’intersectionnalité ? Cacher une oppression pour en mettre une autre en valeur ? On peut bien sûr refuser de commenter les faits divers, ce qui est sans doute une bonne politique, pour prendre un peu de hauteur. Mais dès lors qu’on les commente, je ne vois pas comment on peut s’empêcher de remarquer la singularité de ce fait là, de Cologne ; je ne vois pas comment on peut ne pas parler d’immigration quand il est explicitement dit dans l’article que 95% des agresseurs n’étaient pas Allemands. Il me semble ici que la meilleure des réponses (outre le silence) est précisément de poser honnêtement le problème en se demandant, étant donné qu’il va falloir compter avec ces migrants, ce qui permettra le plus efficacement une intégration rapide. Ni penser que les migrants sont le mal absolu (version extrême-droite) ni que les migrants sont le bien absolu (thèse angélique d’une certaine gauche) mais simplement qu’il y a des conditions pour qu’une immigration soit réussie : et ces conditions sont forcément aussi des conditions matérielles. Cela implique donc de réfléchir sur ce qui cause les départs des migrants, donc d’envisager que l’on paye deux fois certaines interventions militaires, quand on y va et quand ils viennent parce qu’on a tout cassé, mais aussi des conditions d’accueil (coucou Calais). Et ce n’est pas parce qu’on refuse de se poser la question que le problème disparaît. Comme le refoulé, il y a fort à parier que le problème reviendra plus tard, plus fort, quand on en aura oublié la source et qu’il faudra dépenser beaucoup de moyens pour démêler ce qui n’a pas été résolu auparavant.

« C’est d’âme qu’il faut changer, et non de climat » ou notule sur le progressisme techniciste.

La réflexion m’est inspiré par l’écoute des dernières prises de parole de Jean-Luc Mélenchon, candidat malheureux de la présidentiel de 2012 et homme politique de qualité, ce qui est assez rare pour être signalé, et en particulier par son intervention dans le ONPC du 18 Octobre 2014 :

(suite…)